Vous êtes à : Accueil > Nos techniques > Les polices d’écriture

Passer le menu Aller au pied de page

Licences Joueb English version Accessibilité

Les polices d’écriture

Un point de vocabulaire, pour commencer :

La fonte de caractères se distingue de la police d’écriture qui regroupe tous les corps et graisses. Ainsi, Helvetica est une police d’écriture. L’Helvetica romain gras 10 points est une fonte, et l’Helvetica romain gras 12 points est une autre fonte.
Aujourd’hui, on confond souvent fonte et police, notamment dans l’informatique. La confusion est accentuée par le fait qu’en anglais on emploie aussi majoritairement le terme font (« fonte ») au lieu de typeface (« police »).

Nous allons bien parler ici de polices regroupant diverses fontes.

Une police libre ?

La plupart des polices qui sont évoquées sur cette page sont sous licence SIL Open Font License (OFL). Cette licence est extrêmement permissive, et vous permets notamment :

Grossièrement, les deux seules choses interdites sont de revendre ces polices pour elles-mêmes et de vous en attribuer la paternité. Si vous voulez entrer plus en détail, la faq de SIL devrait répondre à toutes vos questions.

Où trouver des polices libres ?

Il vous appartient de vérifier les licences de polices que vous téléchargez avant leur emploi, mais elles sont toutes, au moment de la rédaction de cette page, sous licence OFL.

À signaler également, Use & Modify, qui est super sélection de polices libres, et Font Squirrel propose un large catalogue de polices, qui sont libres d’utilisation commerciale mais pas systématiquement sous licence OFL. Enfin, comptez sur le W3C pour vous fournir une façon interopérable et simple d’incorporer vos fontes, et sur CSS-tricks pour vous fournir le code le plus optimisé pour intégerer des polices « externes ». Enfin, Transfonter vous permets de facilement convertir une police d’un format vers des autres, afin de faciliter leur intégration.

Contact :

Contact Plan Lettre F.a.q. C.G.U.